Tourisme et développement durable : deux notions compatibles ?

Tourisme et développement durable : deux notions compatibles ?

 

Cette année, plus d’un Français sur cinq a choisi de partir en vacances pour les congés de la Toussaint (1). Pour 29% d’entre eux, ces séjours se feront à l’étranger, ce qui représente une hausse de 8 points par rapport au baromètre précedent d’OpinionWay.

Avec les questionnements actuels de nos impacts et alors que les vacances sont l’occasion de changer d’air, de se vider la tête voire de se déconnecter, l’équipe du Label ESS ADN en a profité pour réfléchir à nos modes de vie durant les vacances : Sont-elles une opportunité pour s’améliorer et prendre de nouvelles habitudes plus responsables ? Ou bien est-il trop complexe de modifier nos comportements dans un cadre encore inconnu ? 

 

LE TOURISME, BON & MAUVAIS ÉLÈVE

Le tourisme, phénomène né à la fin du XVII ème siècle, n’échappe pas au proverbe “bon pour l’économie, mauvais pour le climat”. Ce secteur, qui représente 10% du PIB mondial (2) émet 8% des émissions carbones mondiales, la majeure partie de ces émissions provenant du trafic aérien (60% du trafic est utilisé par le tourisme). En outre, il joue un rôle dans la dégradation du patrimoine, l’augmentation des prix, le renforcement des inégalités Nord-Sud… Les effets pervers sont nombreux.  

Mais le tourisme a également ses vertus : maintien de la paix et de la sécurité, stimulation des tissus économiques, mise en valeur de la culture locale et préservation du patrimoine. 

Ces effets ne sont pas nouveaux mais ils se renforcent avec la hausse du tourisme : 1,8 milliards de touristes internationaux sont attendus à l’arrivée en 2030 (3)

Depuis le milieu des années 1990, professionnels et amateurs du tourisme “durable” nous invitent à réfléchir à nos impacts, en prônant un nouveau modèle durable, responsable et écologique. 

Voyageons-autrement est une plateforme d’information indépendante dédiée au tourisme durable. Les journalistes du site ont appliqué le modèle 4 R (Refuser, Réduire, Remplacer, Recycler) du développement durable au tourisme durable (4). Florie Thielin, journaliste pour la plateforme, expose dans un article les différentes dimensions du modèle. Elle propose ici de boycotter les modèles qui ne sont pas soutenables, de s’intéresser au tourisme rural et au tourisme participatif ou encore de devenir consom’acteur. 

Si vous souhaitez voyager de façon responsable, Viatao (5) rédige des “Guides de voyage pour respecter la planète et ses habitants”, et certaines structures, à travers le consulting et la certification valorisent les acteurs de ce changement : Betterfly (6), Acteur du tourisme durable (7), ID Tourisme (9), La Clef Verte (10).

Enfin, l’hébergement touristique constitue un véritable levier de changement. Si les moyens de transports représentent 75% des émissions du tourisme, 20% sont dues aux bâtiments qui nous accueillent. Ces impacts proviennent en majeure partie de l’utilisation de l’eau, de l’énergie, la production de déchets et les achats de produits divers. 

Choisir un hébergement touristique responsable revient alors à sélectionner un hébergement respectueux de l’environnement, des salariés et des populations locales. Les critères de sélections pourront plus largement portés sur l’engagement de la structure à travers ses achats de produits locaux et les outils de rencontres mis à disposition des voyageurs : partage de bons plans, des us et coutumes du lieu, etc.     

 

LE FLÂNEUR, FER DE LANCE DE L’HÉBERGEMENT RESPONSABLE ET COOPÉRATIF

Première auberge en France à s’être montée sous forme de SCOP (société coopérative et participative), le Flâneur Guesthouse (11) promet une expérience sociale basée sur des valeurs solidaires et écologiques. Avec ses 160m2 d’espaces de vie commune et ses produits locaux, l’hébergement est ici synonyme de partage, de découverte et de convivialité. Pour être sûre que les occasions de tisser des liens soient au rendez-vous, l’équipe héberge de nombreux événements : soirée jeux solidaires avec l’association Entourage, karaoké, journée culturelle ou encore rencontres entre internationaux avec la communauté BlaBla Language Exchange.   

Nous vous conseillons par ailleurs vivement de ne pas manquer la soirée du 16 novembre 2019 (18h à 21h30), car le Flâneur Guesthouse organise une soirée engagée pour la promotion du tourisme durable et de la coopération entre les acteurs de solution économiques sociales et solidaires ! Vous aurez la possibilité de parfaire vos connaissances sur le sujet, découvrir des solutions et échanger avec les partenaires : Entourage, Conscience et Impact Écologique et d’autres !

Enfin, la Charte éthique du voyageur (12) est là pour vous guider lors de vos prochaines vacances !  

 

 

 

 

 

1https://dviz.factoviz.com/Mondial-Assistance 

2http://media.unwto.org/content/infographics

3http://media.unwto.org/fr/press-release/2011-10-12/s-attend-18-milliard-de-touristes-internationaux-en-2030

4http://www.voyageons-autrement.com/les-4-r-pour-un-tourisme-durable 

5https://www.viatao.com/

6https://www.betterfly-tourism.com/

7http://www.tourisme-durable.org/ 

8https://www.tourisme-responsable.org/agir-tourisme-responsable/

9http://www.id-tourisme.fr/

10https://www.laclefverte.org/ 

11http://www.leflaneur-guesthouse.com/

12https://www.tourisme-responsable.org/voyager-responsable/charte-ethique-voyageur/