Le bénévolat, terrain propice à la révélation des potentiels

La reconnaissance des soft skills, facteur d’épanouissement au travail

 

Depuis quelques jours fleurissent sur les réseaux sociaux des demandes particulières, dirigées vers les recruteurs. Ces demandes proviennent d’étudiants, de jeunes diplômés et de professionnels, interpellant les entreprises sur l’urgence écologique. Suite logique du Manifeste Étudiant pour un Réveil Écologique lancé en 2018, le collectif Pour un réveil écologique encourage ces acteurs à revendiquer auprès de leurs futurs employeurs des actions spécifiques pour la protection de notre Environnement.   

 

Ce mouvement s’inscrit dans un contexte plus large de “crise” de la marque employeur et de difficulté croissante à retenir et fidéliser les jeunes talents. 

 

La performance sociale pour le bien-être de l’entreprise 

 

La performance sociale conditionne aujourd’hui la performance économique. Généralement inhérente à la politique de développement durable conduite par les entreprises, cette performance est souvent synonyme de bien-être au travail. Les ressources humaines et le management se retrouvent donc au cœur de cette performance.

 

Entreprise libérée, T-shaped management, sociocratie ou intelligence collective, toutes ces notions rencontrent aujourd’hui un certain succès, et ont pour caractéristique commune de placer le potentiel humain au centre de la stratégie : l’Humain est le meilleur atout d’une structure. 

L’interrogation se porte en conséquence sur les moyens de valorisation de ce potentiel. 

La première fonction valorisatrice devrait bien évidemment être celle du manager. Bien plus qu’une interface entre l’opérationnel, le fonctionnel et le stratégique,  manager c’est d’abord permettre à ses collaborateurs de s’épanouir et d’exprimer pleinement leur potentiel.  

Alors que le manager peut favoriser le développement professionnel par la collaboration et la coopération, la pression de ce dernier fait encore partie des causes principales du stress régulier au travail selon le baromètre de CEGOS, Tendances 2017 Climat social et Qualité de vie au travail(1)

Encourager les collaborateurs et créer une relation de confiance ne sont pas toujours les objectifs premiers des managers, eux-mêmes challengés prioritairement sur leurs performances économiques. 

La cohérence des directives avec l’objectif de performance sociale est donc important dans la démarche ;  mais l’identification et le développement des soft skills le sont encore plus. Les managers prennent conscience de l’importance de ces compétences comportementales et émotionnelles dans la résolution de situations problématiques diverses. 

En effet, recruter, garder et attirer les talents ou motiver les équipes sont autant de situations influencées par les soft skills : selon l’étude célèbre de Mark Murphy Hiring for attitude, près de 50% des personnes recrutées se sont retrouvées en situation d’échec à 18 mois, 89% pour des problèmes de comportement. D’où l’importance de connaître ces compétences pour pérenniser l’entreprise. 

Ces compétences représentées par exemple par l’adaptabilité, l’esprit d’équipe, l’écoute ou la gestion du stress ne sont pas obligatoirement innées, le rôle du manager dans leur accompagnement est alors capital…mais encore faut-il pouvoir les identifier ! 

C’est là le credo de Pickyo, entreprise d’innovation sociale dont la vision est de valoriser les expériences personnelles au profit de l’employabilité, l’insertion et la mobilité professionnelle.

 

 

Pickyo : Prendre conscience de ses compétences

 

 

Pickyo propose de développer les compétences humaines des collaborateurs par une approche en trois temps : Identifier, Valoriser et Progresser. 

Selon Carole Autechaud, fondatrice de l’association, les compétences humaines ne peuvent réellement évoluer en entreprise, car le contexte économique ne permet pas les tentatives et les essais, pourtant essentiels à l’apprentissage et à l’approfondissement. En revanche, elle constate que le milieu associatif est un formidable terrain d’expérimentation. Les compétences humaines s’y trouvent fortifiées par l’engagement social, c’est donc sur ces expériences précises que débute le cheminement de Pickyo.     

Pickyo a développé pour se faire plusieurs outils : un circuit à la fois collectif et individuel, une plateforme digitale innovante pour suivre le parcours des collaborateurs, une matrice de transposition des expériences en compétences pour aider à la gestion RH et un parcours de formation spécialisé.

Concrètement, ces outils permettent d’intégrer les expériences bénévoles et personnelles dans le process de gestion des compétences.  Les méthodes utilisées, basées sur les principes d’intelligence collective et sur une démarche inductive provoquent des prises de conscience et boostent les carrières professionnelles. 

En alliant performance et innovation sociale, Pickyo souhaite montrer qu’il est possible de réaliser un recrutement gagnant pour l’entreprise et d’assurer la motivation des collaborateurs grâce à leur propre montée en compétences. 

 

1https://www.cegos.fr/solutions/formation-continue/formation-sur-mesure/sur-mesure-ressources-humaines/climat-social-qualite-de-vie-barometre-cegos